Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 15:06

Dior, Hermes, Chanel, Mugler et tellement d'autres... ces flacons qui lorsque nous les ouvrons sont des explosions de fragrances, alchimie si complexe élaborée par les « nez » de grandes et vieilles maisons…
Nous accompagnant au fil des années, attachées à des souvenirs, à un présent, ces odeurs sont des compagnes qui font partie de nos vies….

Le flacon SCC est quant à lui bien diffèrent, les «  nez «  de cette vieille maison ne sont visiblement pas issus du sérail de la ville de Grasse (ville des parfums), ou bien sont-ils devenus au fil du temps, anosmiques ….
Les relents à l’ouverture du flacon sont proches de l’odeur nauséabonde des canalisations, faisant alors plisser ce nez à celles et à ceux dont leurs cellules olfactives sont encore actives ….

Ces mélanges d’ingrédients puants sont nombreux, le dernier en date qui fait exploser ces remugles de fosses :

une série de subventions auraient été octroyées à la société de vénerie.


Cette société, dont fait partie le club du chien d’ordre regroupant de nombreuses races du 6eme groupe, est donc la représentante très puissante de la chasse à courre, en France, présidé par un Monsieur avec particule..

Deux choses sont alors à relever :

* les exposants, les éleveurs et les utilisateurs sont donc les contributeurs indirects d’une des maltraitances animales qui persistent dans notre pays au nom de la tradition barbare grâce à l’argent que génère les certificats de naissance, les expositions, les confirmations, le travail.
Il est quand même à noter que 85% de la population française est opposée au maintien de ce type de chasse suite à un sondage effectué par l’Ifop en décembre 2017.

* L’incohérence de la SCC : un Monsieur Bien-être animal au sein de la commission d’utilisation nationale depuis 2017 et de l’argent, notre argent ! à la souffrance animale ….

D’un côté nous surfons sur la vague médiatique du bien-être animal et sa bientraitance et de l’autre nous caressons dans un certain sens du poil les tueurs de cerfs, de sangliers, de renards aux pratiques cruelles, archaïques, acculant des animaux épuisés, sonnant l'hallali dans des parures de bals costumés, finissant le pauvre animal à la dague et jetant en pâture aux chiens leurs viscères encore fumantes... 

Mais à qui profite le crime ???...............

Qu’importe alors le contenu du flacon, pourvu que l’on ait l’ivresse…. du pouvoir…
Et quand on l’ouvre… le flacon : ça pue et ça pue fort !

Françoise Martin

Partager cet article
Repost0

commentaires

Thierry 14/05/2018 16:28

Très bon article Françoise .

Françoise Martin 14/05/2018 17:40

merci :)