Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 12:45

Voici 9 ans que j’ai fait le choix de me livrer à l’écriture publique sur ce blog, titillant de ma plume ce petit monde du chien, du plus grand au plus petit acteur de cette sphère, ayant toujours la preuve de ce que j’avançais , n’en déplaise à certaines et certains qui font bon jeux de blablater sur les réseaux sociaux…


J’ai d’ailleurs lu il y a quelques jours quelques phrases d’une éleveuse de berger hollandais qui disait, je cite :

 

"Mme martin est réputée pour sa virulence .... Quand la passion perd le contrôle, anciennement au SNPCC, elle n'est pas sortie en toute discrétion.... Bref, même si j'ai apprécié l'éleveuse qu'elle fut, je pense que ses propos sont malheureusement maintenant à prendre avec beaucoup, beaucoup de recul .... »


Et hop au plus fort de son courage, la personne a vite quitté le groupe avant que je puisse intervenir, me faisant finalement sourire..

Le reflet même d’écrits si simples à taper sur un clavier sans en démontrer une certaine pertinence..
Les prémisses peut-être du Syndrome du Larbin…(voir Mediapart 04/2014)

Ceci étant j’ai particulièrement aimé le « quand la passion perd le contrôle » … le contrôle de quoi exactement ?? Je ne le saurais jamais !! ……..

Mais comme disait Beaumarchais "Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur." !

Bref au fil de ces écrits , j’ai rarement cité directement le nom des personnes visées sauf dans des cas tres très précis , ayant toujours la preuve de ce que j’avançais, devant l’urgence d’une situation la plupart du temps scandaleuse pour le bien-être de nos animaux de compagnie.

Les institutions n’ont pas grâce à mes yeux, et le questionnement socratique qui est devenu au fil du temps une manière de vivre est là pour les pousser dans leur retranchement afin de pouvoir évoluer dans un avenir à court ou à moyen terme.

En effet, il serait temps d’ouvrir les yeux et de regarder la réalité en face, le chien, le chat sont devenus des animaux de rente au fil des années.. au même titre que les bovins, porcins, caprins, une seule différence ils ne sont pas tués pour être mangés ……

Des centres de production de 50, 100, 150, 300, 800, 900 reproducteurs en France vivant dans des milieux carcéraux, n’ayant qu’un minimum d’espace pour pouvoir se mouvoir, mais respectant parfaitement le nombre misérable de mètres carré obligatoires imposé par une législation qui a ouvert large le parapluie !!

Animaux reproduisant jusqu’à ce que la vieillesse les en empêche, devenant alors ce que l’on appelle des « improductifs « ou « reformés », replacés au nom d’une vieillesse heureuse.. aveux alors évident de l’existence du malheur.. ou bien abandonnés dans les refuges…les abattoirs pour chiens n’existant toujours pas !!


Des syndicats défendant des professions , des notion de métiers , se cachant derrière justement ces arguments pour éviter d’ouvrir les yeux et d’aborder la problématique de la décence, des valeurs, de l’éthique , du bien-être et de la bien traitance des animaux, ces animaux dit de compagnie, quelle ironie…


Des producteurs abandonnant en toute légitimité des cheptels entiers dans les refuges déjà surchargés par les abandons, comme s’il était tout à fait normal de faire subvenir à la communauté l’irresponsabilité de leur propre choix.


Des animaleries où des chiots essayent de grandir dans des aquariums en verre en dépit de toute compassion et de considération de l’existence de la cognition animale..
Une grande distribution dirigée par des individus dont la recherche du profit, cautionne de fait la production en amont de ces chiots et la souffrance cachée derrière les murs en béton, brandissant la notion de production française et de LOF comme garant de quelque chose …


la SCC, notre institution qui a délégation ministérielle dans la gestion et l’amélioration des chiens de races, nous parle de sélection , de variabilité génétique , d’une ère de dépistages des pathologies etc, et qui d’un autre coté ne semble pas être interpellée par des centres de production ayant affixe (donc engagement au lof) , produisant des chiots non-inscrits au livre, vendant de ce fait une double production lof et non lof dans les foires et animaleries … avec parfois 20 ou 23 races à leur actif sans aucun dépistage de quoique ce soit..
Quelles possibilités alors de revalorisation du chiot et chien inscrit au livre des origines français, quand la définition même de l’affixe est malmené ? …et lorsque ces centres de production produisent 300, 500, 1000 chiots, parfois plus, par an, dans des structures carcérales faites de béton et de grilles..
Et je ne reviendrais pas sur le sujet de la proposition de séances de confirmation dans des animaleries…ainsi que de la présence de nos chiens de race à la foire aux bestiaux parisienne si pompeusement appelée Salon de l’Agriculture !

Si cette vieille maison se cache derrière sa délégation ministérielle, arguant que sa mission ne lui permet pas de s’immiscer dans le « commerce du chien «, ne pourrait-elle pas, en toute transparence émettre un avis un peu plus affirmé lors de sa présence dans certaines commissions gouvernementales comme celles du CNOPSAV, (entres autres)prenant alors faits et causes pour une prise de conscience de la problématique des centres de production dont je fais référence ?

 

Quant aux services vétérinaires (DDPP) fonctionnaires de l’état avec une carence de personnel, et la multiplication des tâches qui leur incombent, il apparait bien évident que la cognition, l’état émotionnel des animaux incarcérés semblent arriver bien après les soucis sanitaires de la santé humaine, des lors que le nombre de mètres carrés collent à la législation et que les extincteurs sont bien présents dans les bâtiments !

 

Je ne parlerais pas de la pléthore de formations payantes dans le milieu de l’éducation qui foisonnent, mettant au pinacle des intervenants si possible anglophones, largement behavioristes alors qu’en France les rares personnes qui abordent le sujet de la cognition et de la métacognition sont montrées du doigt, comme étant les parias d’une approche qui semblerait tout à fait utopique, défendue pourtant par des grands philosophes et d’autres chercheurs…

Et le plus drôle dans l’histoire c’est que nous sommes toujours confrontés à lecture de certains conseils donnés par des « soit disant » éleveurs avec les notions de dominance, de contrainte, de prises au cou, et j’en passe …… il est vrai que le milieu de l’élevage est confronté à un nivellement par le bas, puisque les quelques heures nécessaires obligatoires pour élever sont dignes des quelques lignes d’explications pour monter un lego !

 

Le chien et le chat , de race, ou les « sans papier » sont relégués au rang d’animaux de rente, chacun tentant de faire « son beurre » sur leur dos oubliant d’ouvrir les yeux sur la définition même de l’animal de compagnie, cet animal familier qui a tellement fait rêver nos enfances …..

Affligeant et consternant ……..

 

Partager cet article
Repost0

commentaires